Le jour

Posté par traverse le 20 janvier 2007

Du ciel toujours nous vient le fracas du matin 

Les anges les oiseaux et les excavatrices 

Frappent le tympan des femmes et des hommes emmêlés 

Encore dans le sourire et les rides du soir 

Ils se lèvent et marchent et chantent l’épopée grouillante 

De leurs saisons passées

Du corps qui marque le présent 

Du remords d’avoir cédé une fois de plus à la grandiloquence 

De la lumière sur le théâtre des petits gestes et des mots échappés 

Du souffle de la nuit et des respirations contiguës du troupeau 

Ils se lèvent et couvrent les oiseaux les anges et les excavatrices 

Du grand tumulte qui les fait aussitôt tels qu’ils s’oubliaient hier 

Ils confondent la faim avec le pain 

Ils voient leurs grands corps s’effondrer dans les réjouissances 

Passagères et leurs mains commencent à trembler 

Nous approchons lentement de ceux qui sont là-bas 

En nous si près de ce que nous voulons être 

Eparpillés dans le flottement des âmes qui se concentrent. 

Laisser un commentaire

 

maloë blog |
Lucienne Deschamps - Comedi... |
HEMATOME |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ballades en images
| back
| petits bricolages et autres...