D’où viens-tu pirate ?/Archipel 26 – Identité

Posté par traverse le 25 juin 2009

archipel.jpg         

Alain Germoz   dirige, anime,organise, invente la revue Archipel depuis 1990 à Anvers, Antwerp. Il édite en français en région flamnde du pays et dans une ville divisée entre ses ombres et ses énergies les plus anciennes. Publier ma pièce, D’où viens-tu pirate?, qui évoque le sinistre de l’industrie minière wallone, mais sutout la faillite de cette orgueilleuse Sabena, tant aimée et tant honnie aussi (on le vit par la suite dans l’abandon historique des sabéniens…) dans cette magnifique revue est un bonheur que je dois à l’éditeur attentif à ces coïncidences qui font sens…

Abonnement (2 volumes): 24, 79 euros  Compte: 320-0831782-77 de Archipel  Editions Archipel, en librairies ou chez l’éditeur: Archipel, 7, Jan van Rijswijklaan, B2  2018 Antwerpen,  courriel: vzwarchipel@pandora.be  Tél/Fax: 00.32.(0) 3 237.84.36

Version numérique Calaméo:

http://fr.calameo.com/read/0000650050cd2dc7f2872?editLinks=1

Lecture publique dans le cadres des Lectures du MET au Théâtre des Martyrs, Bruxelles, en 2005 avec Jean-Paul Dermont et Christian Crahay à la mise en espace. 

Publié dans Textes | Pas de Commentaire »

Lecture silencieuse…et Choeur parlé

Posté par traverse le 25 juin 2009

aveiro3.jpg 

Dans un passage bien connu des Confessions, Augustin raconte comment il surprit saint Ambroise en train de lire en silence. «Quand il lisait, ses yeux parcouraient la page et son cœur explorait les significations, mais sa voix restait silencieuse et sa langue immobile.» Augustin, au IVe siècle, avait l’habitude de lire comme avaient lu les anciens Grecs et Romains, à haute voix, de manière à s’y retrouver dans les chapelets de lettres juxtaposées sans ponctuation ni capitales.Il était possible, pour un lecteur expérimenté et pressé, de déchiffrer un texte en silence - Augustin en était capable, il nous le dit dans son récit de l’instant dramatique de sa conversion, lorsqu’il saisit un volume des Epîtres de saint Paul et lit «en silence» le verset prophétique qui l’enjoint de se revêtir du Christ «ainsi que d’une armure».

Mais la lecture à voix haute n’était pas seulement considérée comme normale; on la jugeait aussi indispensable à la pleine compréhension. Augustin pensait que la lecture devait être rendue présente; que, dans les limites de la page, les scripta, mots écrits, devaient devenir verba, mots parlés, afin d’accéder à l’existence.

Pour lui, le lecteur devait littéralement insuffler la vie au texte, en remplissant l’espace créé d’un langage animé.

(cité par Jean-Marie Delgrange)

Un Choeur parlé issu de l’aventure Je vous écoute s’est constitué dans l’asbl Traverse et va proposer la saison prochaine des ateliers de lecture à haute voix, un atelier Chant avec Cindy Detrée, des Explorations littéraires (6 par an) autour d’un oeuvre, d’un auteur, d’un courant littéraire. Chaque Rencontre sera filmée et implantée sur le Site des Bibliothèques de Schaerbeek et de Traverse asbl…

A suivre donc…

Publié dans carnets, Textes | Pas de Commentaire »

Marginales…suite

Posté par traverse le 24 juin 2009

La Revue Marginales, dirigée par Jacques De Decker, et pendant dix ans magnifiquement éditée par Luce Wilquin, embarque dans une nouvelle aventure dès la fin juin…

Marginales  Trimestriel des idées et des lettres Dirigé par Jacques De Decker  L’air du temps: des écrivains réagissent à un thème d’actualité par des fictions inédites  Chantiers et fragments: textes inédits ou œuvres en cours d’écriture La rose des vents: premières traductions françaises inédites 

Communiqué :   Le prochain numéro de Marginales aura pour titre « Tous dans le rouge ! » et sortira de presse à la fin du mois de juin. Si vous souhaitez vous (ré-)abonner à la revue, merci de verser le montant de 30 € (4 numéros) au compte ING: 363-0537391-51 ou IBAN:  BE75363053739151 (pour les versements de l’étranger).

 Marginales sera également en vente au numéro (10 € )dans les (bonnes) librairies. Vous pouvez également l’obtenir en écrivant à l’adresse revue.marginales@gmail.com et en versant le montant correspondant au nombre d’exemplaires souhaités.  

La Webradio littéraire « Espace Livres » et Marginales :  Sur « Espace Livres », vous pourrez écouter et podcaster la lecture par leurs auteurs des textes publiés dans Marginales. Un clic sur http://www.demandezleprogramme.be/-MARGINALES- 

Au sommaire du prochain numéro : 

Editorial  Jacques De Decker L’air du temps 

KENAN GORGUN  La botte secrète du Père Noël, ISABELLE BARY  Arno, Sarah, Lilou, et… César, RENE SWENNEN La dernière réincarnation d’Alfred de Musset, MICHEL VOITURIER Tout rougissant rougissant tout, JEAN-BAPTISTE BARONIAN Rouge Bashung , GERARD ADAM  Le Maître du Mont Xîn, ALAIN BERTRAND  La poubelle et la télévision, CLAUDE JAVEAU Le rouge à la boutonnière et au front , ALAIN DARTEVELLE Sans cœur,ROSE-MARIE FRANCOIS  À côté du sujet, LILIANE SCHRAUWEN  La fin de Dieu, MONIQUE THOMASSETTIE La fine fleur du Dragon  ELLEN PUINEL Sur la place  YVES WELLENS Signe des temps, COLETTE NYS MAZURE Entre deux fleuves, JEAN-PIERRE ORBAN Perrier, c’est fou, JACQUELINE DE CLERCQ Monochromie  FRANCOISE LISON-LEROY Vert poison, JEAN-LOUIS LIPPERT Krasnij, JEHANNE SOSSON Babylibéralisme …,JEAN-LUC WART Le mur, HUGHETTE DE BROCQUEVILLE Ces merveilleux nuages, DANIEL SIMON N’entrez pas dans ce lieu  

Chantiers et fragments Le carnet d’Hubert Nyssen  Vignette de couverture  Roland Breucker 

Marginales  163, rue de la Victoire , 1060 Bruxelles  revue.marginales@gmail.com  http://www.demandezleprogramme.be/-MARGINALES- 

Abonnement : Par versement de 30 € pour 4 numéros au compte  ING:  363-0537391-51 ou IBAN:  BE75363053739151 (pour les versements de l’étranger)  Vous pouvez vous abonnez et consulter le site Espaces Livres où vous trouverez en podcasts des textes du prochaiun numéro lus par les auteurs…

« N’entrez pas dans ce lieu »

art.jpg 

J’ai le plaisir d’y être accueilli avec la lecture de « N’entrez pas dans ce lieu » que vous pouvez écouter en cliquant sur le lien suivant…http://www.demandezleprogramme.be/Un-texte-fort-lu-par-son-auteur?rtr=y  Sur « Espace Livres » vous pouvez écouter ou podcaster les interview  des auteurs que rencontre… Edmond Morrel. Récents entretiens avec Amin Maalouf, Ken Folett, Philippe Bouvard, Gisèle Halimi, Eduardo Manet, Didier Decoin, Eric Orsenna etc…Il suffit de cliquer sur:
http://www.demandezleprogramme.be/-Espace-Livres-

Publié dans carnets | Pas de Commentaire »

Je vous écoute…

Posté par traverse le 7 juin 2009

arton537e55eb1.jpg

Belle Ouverture de la Bibliothèque Sésame le 6 juin avec les lectrices et lecteurs de l’équipe Traverse… (www.mabiblio.be). Merci à chacune et chacun…

Réalisation d’un film disponible sur cette expérience de lecture, Enregistrement de la chanson Passe-Grissaille (musique André Bouchez, Interpètre Cindy Detré),Publication d’un opuscule Je vous écoute…(www.couleurlivres.be)

Plus d’informations bientôt…

Publié dans carnets | Pas de Commentaire »

Positions pour la lecture / Je vous écoute

Posté par traverse le 1 juin 2009

ard030.jpg

Il n’y a pas de lecture sans prise de positions…Des positions que prend le lecteur pour prendre possession du texte qu’il lit et qui le possède à son tour un court instant. Le plaisir est une machine au travail. 

Et la lecture, ce vice impuni, ne s’organise vraiment que dans des accomplissements physiques que l’on imaginerait mal sans que tout le corps soudain passe littéralement dans le texte. « Lector in fabula » comme dit Umberto Eco, le lecteur dans la fable, dans le texte, dans le livre. 

 

Les positions se construisent au gré des instants de la journée ou toute une journée tient pour cette position que le lecteur va enfin prendre, comme un amant sait qu’il va se plier aux exigences du corps et du désir de son amante. 

 

La journée, ou la nuit, tient à cette position, elle tient grâce à cette position attendue. 

 

Le lecteur lit dans un corps qui lui échappe, qui glisse vers l’absence momentanée. Le lecteur s’enfouit dans sa position pour mieux accueillir le texte qu’il lit. 

 

Positions fortes, hautes, basses, faibles, douloureuses, exigeantes, reposantes, toutes positions que le corps administre pour mieux se hisser jusqu’au plaisir du texte. Le corps est un lecteur plastique. Le corps est un lecteur mobile. Le corps est un lecteur versatile. 

 

 

Debout 

dialogue 

 

A : C’est le livre qui tient tout seul, dans ma main, comme ça, posé, délicatement, comme ça, ou saisi en son centre, comme ça. C’est toute une histoire, tenir un livre comme ça ou comme ça. Le texte est bien ouvert, le corps droit, la hanche tire un peu, la nuque est légèrement cassée, les doigts souples ou serrés et je lis. 

 

B : Qu’est-ce que tu lis ? 

 

A : Un livre interdit. 

 

B : Comme ça, en pleine rue ? 

 

A : Il n’est pas interdit de lire en pleine rue. 

 

B : Oui, mais un livre interdit ? 

 

A : Il faudrait que quelqu’un lise avec moi pour qu’il s’aperçoive alors que ce livre est interdit. 

 

B : Et s’il le faisait ? Si un passant se mettait à lire ce livre interdit avec toi ? 

 

A : Il se rendrait compte alors que ce livre est interdit et il cesserait de lire à l’instant. 

 

B : Et si ce n’était pas le cas ? 

 

A : S’il continuait à lire, avec moi, ce livre interdit ? 

 

B : Oui. 

 

A : La lecture deviendrait alors un complot. Lui et moi serions soudain devenus des complices, des malfaiteurs en somme. 

 

B : Un rassemblement de malfaiteurs, les lecteurs ? 

 

A : Oui. 

 

B : Et s’il cessait de lire à l’instant ce livre interdit ? 

 

A : Il partirait et je continuerais alors à lire seul. 

 

B : Et s’il te dénonçait ? S’il criait partout : « Ce livre est interdit et cette personne  le lit ! » 

 

A : Il deviendrait un dénonciateur, ce ne serait plus un lecteur, mais un dénonciateur. 

 

B : Oui. 

 

A : Et je fermerais le livre, je le rangerais dans ma poche et je passerais mon chemin, pour continuer à le lire un peu plus loin. 

 

B : Qu’est-ce que tu comptes faire ? 

 

A : Attendre un lecteur qui passe. 

 

B : Et si c’est un dénonciateur ? 

 

A : Je resterai un lecteur, le livre restera un livre et lui ne sera jamais un lecteur mais un dénonciateur. 

 

B : C’est tout ? 

 

A : Oui, c’est tout. 

 

B : C’est simple en somme de trouver un lecteur, il suffit d’attendre qu’il vienne vers vous ? 

 

A : Oui, dans la rue, il suffit d’attendre. 

 

B : Qu’est-ce que tu attends ? 

 

A : Toi. 

 

B : Ah, bon. 

 

A : Je n’en suis qu’au début, tu peux prendre la lecture en cours. 

 

B : C’est bien ? 

 

A : Drôlement! C’est interdit ! 

 

 

Publié dans Textes | 2 Commentaires »

 

maloë blog |
Lucienne Deschamps - Comedi... |
HEMATOME |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ballades en images
| back
| petits bricolages et autres...