Curieux dimanches 20 juin à Schaerbeek, bibliothèque Sésame

Posté par traverse le 30 mai 2010

14H00 MEMOIRE D’UNE MUSIQUE JAMAIS JOUEE
Lecture-performance (avec vidéo) de et par Daniel Simon

Cette musique de la mémoire, jamais jouée, toujours en répétition, cette musique toujours hors du temps, en soi et jamais complètement chantée parce que le temps passe et la musique change…

Une lecture en PREMIERE d’un texte en un « je me souviens » verbal qui cherche la musique de la langue.

img7276.jpg

Mais aussi un Café littéraire

Pour rencontrer des auteurs en toute simplicité tout particulièrement les
écrivains ayant participé à l’édition « Ecrivains du monde pour Haïti »
(lectures par des auteurs présents, en soutien à la culture en Haïti)

cf : Espace livres :

http://www.demandezleprogramme.be/Des-ecrivains-du-monde-pour-

Haiti?rtr=y.

Animation : Traverse asbl

Un Curieux dimanche par trimestre, une journée où les générations se rejoignent autour du livre, de la musique, de la parole, des auteurs et des lecteurs…

Tout un programme que vous pouvez dès à présent télécharger…

http://www.mabiblio.be/wp-content/uploads/2010/05/Programme.pdf

Bienvenue.

Last but not least….Le clip Curieux dimanches 25 avril 2010 réalisé par Jacques Deglas.

default.jpg

TraverseASBL a partagé une vidéo avec vous sur YouTube :

lien Youtube du clip Curieux Dimanches:

ou sur le Site des Bibliothèques de Schaerbeek:

http://www.mabiblio.be/2010/06/08/curieux-dimanches-2/

Publié dans carnets | Pas de Commentaire »

Qôta Nih avec Gérard Adam à Plumes Croisées

Posté par traverse le 30 mai 2010

gerardadam001.jpg

Le 3 juin 2010- Plumes Croisées – Dialogue Interculturel
Organise une rencontre littéraire avec l’écrivain Gérard Adam pour la présentation de son nouveau roman Qôta-Nih

Gérard Adam a écrit un livre-somme, un livre-monstre, un livre-monde…
Les excès de notre temps y côtoient les espérances en une matière humaine plus spirituelle, plus « à hauteur d’homme »…

J’aurai le plaisir d’animer cette rencontre…

Rendez-vous à 18h00 à la Librairie « Au Fil des Pages », rue des Combattants 106 à 1310 La Hulpe

En partenariat et avec le soutien du service Livres de la Communauté française et la Commune de La Hulpe

www.plumescroisees.be

Publié dans carnets | Pas de Commentaire »

Le Marchand de caresses à Schaerbeek

Posté par traverse le 30 mai 2010

lemarchandmail.jpg

dscf6792jpg.jpg
dscf6798jpg.jpg
dscf6801jpg.jpg
dscf6781jpg.jpg
dscf6779jpg.jpg
Festival Les Zin Cases Sables

Le dimanche 20 juin 2010 de 13h30 à 20h

Il était une fois… Les Nomades…
Un festival d’arts de rue pas comme les autres !

A 17h, sous tente (Rue de Locht, 1030) :

LE MARCHAND DE CARESSES

un conte « d’apaisement et d’avertissement » pour tout petits…Un spectacle de conteur-acteur
de et par Daniel Simon pour tout public à partir de 3 ans

L’histoire

C’était un temps où les Ogres étaient de retour…
Plus personne ne faisait appel au Marchand de caresses et plus personne n’osait donner la moindre petite caresse de rien du tout …
La peur des Ogres était revenue, vous dis-je…
Un jour, le Marchand eut une idée…
Il fit sa publicité dans tous les villages et les villes où il passait : « Attention, vivre sans caresses est mauvais pour la santé ! Attention ! ».
Et le Marchand aida les habitants des villes et des villages à combattre les Ogres. Peu à peu, la peur des Ogres diminua et la vie renoua avec le goût tendre des caresses, papouilles et autres chatouilles…
Et le Marchand de caresses reprit son chemin…

Par Le Magasin des histoires

Le Magasin des histoires propose, outre des spectacles, des animations en écoles maternelles, primaires et secondaires.
Ces animations sont à chaque fois adaptées à la demande de l’enseignant ou de l’animateur du public concerné.
Ces animations sont : ateliers d’écriture (contes, poésie,…), ateliers d’expression théâtrale, ateliers d’improvisation théâtrale,
ateliers de réalisation de films vidéo (de l’écriture de scénario jusqu’à la réalisation finale), ateliers de techniques de conteur,…

Publié dans carnets | Pas de Commentaire »

Etre belge, c’est avoir besoin de l’autre pour se définir

Posté par traverse le 21 mai 2010

belge2.jpg
Chers amis,

Face à ce qui se passe en Belgique, nous avons décidé de prendre notre plume. Non pas pour râler, ni accuser. Non, juste pour laisser sortir notre cri de colère, avec douceur et apaisement.

Ce vendredi sort dans la Libre Belgique mon texte. Il s’intitule « Être belge, c’est avoir besoin de l’autre pour se définir » (http://www.lalibre.be/debats/opinions/article/583968/qu-est-ce-qu-etre-belge.html). De Morgen a publié la version neerlandaise.Rejoins par des amis, le texte est cosigné par 3 jeunes concitoyens des différentes Régions/Communautés.

Une envie de toucher les gens, de sortir des questions techniques, de reparler d’idéal et du coup de vision. De temps en temps, cela fait du bien, non ?

Pour vous mettre l’eau à la bouche, voici l’introduction :

FR : Face aux discours du genre « mais, nous n’avons rien en commun, tout nous sépare », nous répondons par la question suivante : « qui peut se prétendre belge aujourd’hui ? » Personne. Tout le monde. Etre belge, n’est-ce pas cette humilité d’accepter d’avoir besoin de l’autre pour se définir. De ne pas pouvoir représenter à soi tout seul un modèle type. Nous vivons à l’heure de la multiculturalité, et les belges ont été, dans le passé, précurseurs d’une identité multiple, complexe, floue, fragile, mais tellement belle. Etre belge, c’est accepter ne pas être belge à soi tout seul. C’est accepter qu’une partie de nous nous échappe. Etre belge, c’est reconnaitre, en nous, notre part d’étranger. « Un pays n’est pas quelque chose de géographique » disait Brel. Etre belge, c’est plus qu’une réalité, c’est un état d’esprit.

NL: We horen tegenwoordig vaak het argument “we hebben niets gemeenschappelijk, we zijn zo anders”. Wij reageren vandaag met een wedervraag: “wie kan zich vandaag identificeren als de typische Belg?” Niemand. Iedereen. Is ‘Belg zijn’ niet de typische bescheidenheid om te aanvaarden dat je de ander nodig hebt om jezelf te bepalen; dat wij alleen geen typevoorbeeld vertegenwoordigen? We leven meer dan ooit in een multiculturele omgeving, en Belgen zijn steeds een complexe, breekbare, maar ook mooie identiteit gekend. ‘Belg zijn’ is aanvaarden dat je niet alleen Belg kan zijn. “Etre belge, c’est reconnaitre, en nous, notre part d’étranger.” Jacques Brel heeft ooit gezegd dat een land veel meer is dan een geografisch gegeven. ‘Belg zijn’ bestaat niet. ‘Belg zijn’ is een opvatting, een levenshouding.

J’espère que ce texte apolitique fera germer en vous des envies semblables d’exprimer vos pensées les plus profondes face au défaitisme qui règne actuellement. Je serai ravi, et très flatté, de lire vos réactions, mêmes si elles devaient s’avérées très brèves.

A lire et à faire lire sans modération… car la politique doit générer des espérances !

Une version allemande et anglaise sont consultables sur http://tobelornottobel.blogspot.com/

Faites circuler. En partageant ce texte, vous donnez vie à une autre voix/voie… (Forward, Collègues, familles, amis, Facebook, Twitter, Blog)

Très belle journée à vous tous,

Quentin Martens

+32 (0) 496 71 16 75

quentin.martens@coleurope.eu

Etre belge, c’est avoir besoin de l’autre pour se définir

Face aux discours du genre « mais, nous n’avons rien en commun, tout nous sépare », nous répondons par la question suivante : « qui peut se prétendre belge aujourd’hui ? » Personne. Tout le monde. Etre belge, n’est-ce pas cette humilité d’accepter d’avoir besoin de l’autre pour se définir. De ne pas pouvoir représenter à soi tout seul un modèle type. Nous vivons à l’heure de la multiculturalité, et les belges ont été, dans le passé, précurseurs d’une identité multiple, complexe, floue, fragile, mais tellement belle. Etre belge, c’est accepter ne pas être belge à soi tout seul. C’est accepter qu’une partie de nous nous échappe. Etre belge, c’est reconnaitre, en nous, notre part d’étranger. « Un pays n’est pas quelque chose de géographique » disait Brel. Etre belge, c’est plus qu’une réalité, c’est un état d’esprit.

On trouvera toujours des raisons de se séparer. Aujourd’hui, ce sont les tensions linguistiques sur fond d’écarts sociaux, demain cela pourrait être les questions religieuses.

L’autre, par définition, nous est toujours différent. Faire ce chemin de nous-mêmes vers l’autre n’est pas une question linguistique, c’est une question d’épanouissement réciproque qui se présente à nous en voyage, dans nos familles, entre collègues, dans nos couples. L’essence de nos vies n’est-elle pas faite de cela ?

Nous vivons à une époque où nos identités sont davantage à construire qu’il y a cinquante ans. Mais, comment ne pas comprendre que l’identité belge n’a jamais été une évidence statique. Elle a toujours été à chercher, à inventer, et à réinventer et cela depuis que la Belgique est née. Cette identité en recherche et en reconstruction permanente est créatrice. Cela vaut pour les francophones et les néerlandophones, les germanophones, mais aussi pour les italiens, les espagnols, les marocains, les congolais, les turcs qui, hier, ont choisi la Belgique. Aurions-nous fait naître des personnalités comme Toots Thielemans, Jacques Brel, Arno, James Ensor, Jan Fabre, Magritte, Hergé, si nous n’avions pas eu ces brassages, cette complexité, cette non-évidence ? La Belgique est surréaliste, et pourtant elle représente un projet auxquels des générations ont consacré leur vie.

La Belgique, le miroir de l’Europe

L’Europe est un idéal de vivre ensemble. Ce qui se passe dans notre pays nous dépasse. L’enjeu est bien plus grand que nos frontières. Aujourd’hui, l’Europe a besoin de nous, non pas seulement comme Etat membre, mais comme modèle d’un vivre ensemble.

De par notre mixité, notre diversité de cultures, la rencontre des mondes latin et germanique, nos richesses linguistiques, la Belgique a été et reste un des laboratoires de l’Europe. Notre histoire n’est-elle pas la plus européenne de toutes les histoires ? Depuis toujours, nous sommes un carrefour de civilisations. Nous sommes, que nous le voulions ou non, un symbole. C’est notamment, en nos terres et dans nos esprits, tel que celui de Paul-Henri Spaak, que l’idéal européen d’unité a germé.

Ce qui se passe en Belgique, la méfiance de l’autre et le repli sur soi, est la boite de Pandore de tous les Etats membres. Les minorités linguistiques existent partout en Europe, à l’exception du Portugal. Demain ce seront l’Ecosse, la Catalogne, les minorités slovènes en Autriche. Comment pouvons-nous admirer le projet de paix, de réunification avec les pays de l’Est, célébrer la chute du Mur de Berlin, symbole de rassemblement et d’union, et ne pas être prêts à faire le travail nécessaire sur nous-mêmes pour comprendre l’autre et travailler ensemble? Si nous ne sommes pas capables de vivre ensemble, qui en Europe l’est encore ? L’Europe est un idéal, que nous lui avons, en partie, inspiré. Si nous perdons cet idéal, où va l’Europe ?

De par notre histoire, de par l’actualité marquée par les crises et les doutes et de par notre présidence à venir, nous avons un devoir d’exemple.

L’inspiration des consciences dirigeantes

Il y a 50 ans, Paul-Henri Spaak proclamait, lors de la signature des Traités de Rome : « tâchons de léguer au futur la source d’inspiration que nous puisons dans l’immortel passé ». Il est légitime de se demander où est l’inspiration de la classe dirigeante aujourd’hui ?

C’est un fait : les espaces de rencontres et d’échanges entre francophones et néerlandophones se rétrécissent : les universités et les partis politiques ont été scindés. Et nous n’avons jamais eu de médias unitaires bilingues. Nous sommes aujourd’hui dans une centrifugeuse qui s’accélère. Nous nous côtoyons, sans vraiment nous connaître. Mais est-ce une raison pour tout abandonner ? Abandonner notre idéal d’union, et ce que nous avons construit ensemble, n’est-ce pas se mentir à nous-mêmes, et nous embarquer dans la perte de sens que toute la société déplore aujourd’hui ? Ces espaces sont à réinventer. Tous, nous devons y travailler : les artistes, les universitaires, les enseignants, les journalistes, les hommes politiques, les jeunes. Il en va notre responsabilité à tous. Transformons notre désarroi en véritable action commune.

Malgré tout, les hommes politiques ne portent-ils pas une très lourde responsabilité dans la crise actuelle ? La politique est une vocation difficile, certes, trop souvent décriée et méprisée. Mais cette fonction, dont nous nous désintéressons trop souvent, à tort, semble se vider, de jour en jour, de tout idéal. La preuve en est qu’elle n’inspire plus, ni les citoyens, ni leur confiance. Du coup, les frustrations citoyennes se radicalisent depuis des années à force de statu quo et de dégradations. Nous allons vers de nouvelles élections. N’est-ce pas le meilleur moyen de faire perdre le dernier filet de confiance et d’espoir qui rattachait les citoyens à leurs représentants ? « De nouvelles élections : d’accord, mais avec quels nouveaux visages ? » Quelles nouvelles voix ? Quelles nouvelles idées ?

Les « égos » vont-ils laisser place à l’humilité, la méfiance à la confiance, et les disputes à l’écoute ?

Tout est encore possible. Brel ne chantait-il pas : « on a vu souvent rejaillir le feu de l’ancien volcan qu’on croyait trop vieux… ».

Ne laissons pas à une poignée de politiciens, le monopole de notre avenir.

Dans moins de deux mois, l’Europe offrira à notre pays, la Belgique, la chance de prêter son visage au projet européen en lui donnant les clefs de la Présidence de l’Union européenne. C’est un honneur et une grande responsabilité. Nous avons un devoir d’exemple. Interrogeons nous : « quel visage voulons-nous offrir au monde ? »

Refusons la fermeture et de l’intransigeance. Exigeons l’ouverture et l’entente de nos hommes politiques. Exigeons de vrais hommes d’Etat, dignes de ce nom, pas des politiciens. Recommençons à espérer. Alors, peut-être pourrons-nous porter un regard neuf sur ceux que nous sommes.

Car être belge, ce n’est pas se dévisager. C’est s’envisager.

Quentin Martens, 26 ans, Bruxelles

Louis-Alfons Nobels, 26 ans, Turnhout

Antoine de Lame, 26, Rosoux

Sandrine Siegers, 28 ans, Eupen

Version néerlandaise, allemande et anglaise sur http://tobelornottobel.blogspot.com/

Publié dans carnets | Pas de Commentaire »

Clic-clac et nous voilà au bord

Posté par traverse le 14 mai 2010

100520101400.jpg 100520101398.jpg

Clic-clac et nous voilà au bord, le poème à peine commencé s’achève déjà, pourriez-vous le reprendre dans les années qui vous appartiennent encore? Je vois la lumière tomber au pied des choses et le vivant rejoindre l’ombre, je ne sais comment le temps se roule en boule un soir pour expirer sous le poêle encore chaud mais je connais la bête qui avance dans la maison, le jardin et les combles en posant ses pattes dans les traces encore fraîches de la tribu ancienne et le vent emporte tout autant soupirs et vaines imprécations dans le silence lointain où nous irons bientôt.

Publié dans Textes | Pas de Commentaire »

Dans le chaud des histoires : L’Atelier d’écriture d’été

Posté par traverse le 3 mai 2010

010320101258.jpg
du 2 au 6 août de 14h à 17h ; Fictions à 1001 pages, Schaerbeek

En cinq rendez-vous, laissez-vous aller au cœur de ce que l’été permet : un recul sur soi, une vacance où l’on peut se promener et écouter le monde et ses bruissements, un temps d’arrêt avec la reprise ». Ces rendez-vous de l’été sont des temps de rencontres où l’on peut aller au plus « chaud des histoires »….Ecriture, lectures de textes en atelier, réactions, accompagnements, prolongements….voilà les mots-clés de cet atelier d’été animé par Daniel Simon.

Animation : Daniel Simon, écrivain, animateur et formateur en atelier d’écriture, éditeur de la Revue et de la Collection Je.

Bibliothèque Mille et une pages – Place de la Reine 1 à 1030 Schaerbeek
PAF: 110€ payables en plusieurs fois au compte 068-2144376-24 de Traverse asbl

Renseignements/inscriptions : Daniel Simon – 86/14 avenue Paul Deschanel – 1030
02.216.15.10 ou 0477.76.36.22 daniel.simon@skynet.be

A l’initiative de Georges Verzin, Echevin de l’Instruction publique, de la culture et des bibliothèques

…et un clip de lectures publiques des textes de l’atelier d’hiver…
Merci à Jacques Deglas pour la réalisation…

http://www.youtube.com/watch?v=qFc5ENPiGv0

Publié dans carnets | Pas de Commentaire »

Quand vous serez dans l’amour des repos mécaniques

Posté par traverse le 2 mai 2010

h021.jpg
Quand vous serez dans l’amour des repos mécaniques, que vous aurez des chansons légères dans le fond de l’oreille, que vous prendrez les ombres pour des amis anciens, que le toit des ombrelles vous mettra à l’abri au liseré des terrasses, que l’océan si loin vous mettra à genoux au pied des caravelles à jamais disparues, que le vent emportera le peu d’explications que vous tentiez de dresser entre le monde et vous; quand vous serez au sommet des immeubles posés sur des lagunes où vous aller en attendant la chute, quand vous serez immobiles dans le soir, attentifs aux oiseaux qui referment le jour d’un coup en un chant dispersé, quand vous serez ignorants des rumeurs, que irez dans de vastes couloirs où plus rien ne résonne le temps de se distraire des silences des hommes, quand vous serez.

Publié dans Textes | Pas de Commentaire »

 

maloë blog |
Lucienne Deschamps - Comedi... |
HEMATOME |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ballades en images
| back
| petits bricolages et autres...