Premières annonces d’ateliers d’été

Posté par traverse le 18 mars 2012

fichier pdf ATELIERS DSIMON
RĖCIT BIOGRAPHIQUE, FICTION ET PHOTOGRAPHIE….
Du 6 au 11 août de 14 à 17h - Bibliothèque Sésame Schaerbeek

Des photographies familiales, privées qui servent de bases à des récits biographiques

ou de fiction…Faire de l’intime une histoire à transmettre…

Animation: Daniel Simon

PAF: 110 euros Compte: 068-2144376-24 de Traverse


Je fais mon cinéma"
Du 2 au 6 juillet 2012 de 10 à 17h

Après le succès de l’été dernier, nous proposons une nouvelle semaine « Je fais mon cinéma » : de l’écriture du scénario à la réalisation, au jeu et au montage.(Les films seront projetés en public dans le cadre de Curieux dimanches)

Avec trois animateurs et professionnels de l’écriture et du cinéma, offrez-vous un voyage dans l’image et dans votre rêve de cinéma. Des films courts seront produits durant la semaine sans aucune obligation de matériel. Tout est disponible sur place. Ecrire, jouer, réaliser et construire son rêve en son et en images, c’est possible dans le cadre de « Je fais mon cinéma ». Pour jeunes (ou moins jeunes) à partir de 15 ans.

Début de l’été: un stage ados et jeunes adultes « Je fais mon cinéma » : du 4 au 8 juillet, de 10 à 17h à Sésame

Ecrire du son, des images, faire des films à placer sur le Net Pour jeunes dès 13 ans et adultes..
Lieu : Bibliothèque Sésame :boulevard Lambermont 200, Schaerbeek
Animateurs:Jacques Deglas et Daniel Simon

(les films réalisés l’été dernier sur le site www. traverse.be  onglet: Multimédia)

10 personnes maximum

Prix : 150 EUR Payables en trois fois au compte 068-2144376-24 de Traverse asbl

Accès Handicap : oui


route.jpg

 

« Dans le chaud des histoires »

Stage d’écriture de fictions (adultes)

Du 9 au 13 juillet de 14 à 17h à Mille et une pages (Schaerbeek)

Des textes de formes brèves ou plus longues, des fictions en contrepoint du monde, une semaine d’écriture et de lecture dans une bibliothèque comme un écrin au coeur de la ville…

Animation: Daniel Simon

PAF: 110 euros Compte: 068-2144376-24 de Traverse

Animation: Daniel Simon (Les textes écrits en atelier seront lus lors d’un futur Curieux dimanche
(Bibliothèque Sésame) et placés dans Biblio-textes de www.traverse.be

Publié dans carnets | Pas de Commentaire »

Femme à la mer

Posté par traverse le 18 mars 2012




  Femme à la mer femmes.jpeg-300x238

Lancement du n° 4 des Feuillets de corde



"Femme à la mer"

gravure de Martine Souren et texte de Kenan Görgün 
ce dimanche 8 avril 2012, rendez-vous à partir 
de 16 h30 jusque 18h30),

à la Librairie 100 papiers,

23 avenue Louis Bertrand à 1030 Schaerbeek



Présences de Kenan Görgün 
et Martine Souren

  

Participation de Jacques Deglas...à la caméra.

  

Lectures ouvertes, n’hésitez pas à venir lire 
vos contributions sur le thème 
(elles seront déposées ensuite sur le Site 
http://www.traverse.be/feuillets-de-corde.php

  

Animation: Jack Keguenne et Daniel Simon



Verre de l'amitié offert et abonnements 
"amis" dès le printemps...



( F. de C. n°3, « L’amour vache » de Jack Keguenne, gravure Roger Dewint)


http://www.traverse.be/l-amour-vache.php



(F. de C. n°2, « Moutons cochons » de Vincent Tholomé, gravure Jean-Claude Salémi)


http://www.traverse.be/moutons-cochons.phpF



(Feuillets de corde, N°1 lu par l’auteur, « Les enfants chiants », Daniel Simon, gravure Jean-Pierre Lipit)


http://www.traverse.be/mp3/les-enfants-chiants.mp3



vidéo : http://traverse.be/kasba-expo-les-enfants-chiants.php


Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Ne trouves-tu pas que le temps change ?

Posté par traverse le 8 mars 2012

 Ne trouves-tu pas que le temps change ?  5715.vignette

Dans ces textes courts, l’auteur nous livre ses impressions du monde, par touches brèves et mots choisis, et ces impressions sont loin d’être roses. La morosité est à la mode en ce début de siècle et Daniel Simon sacrifie bien à cette tendance. Il émane de ces récits volontairement touffus un sentiment de malaise et de tristesse latente, de vie lourde aux épaules. L’ambiance générale est sombre malgré le foisonnement d’images et de couleurs.

Ces tranches de vie à peine effleurées en quelques pages à travers une brume de mots, de bouts de phrases, comme des pensées fugitives traversant l’esprit des personnages presque à leur corps défendant, comme surgissant librement à la dérive, nous sapent un peu le moral…

La recherche littéraire est évidente, les phrases entourloupées tourbillonnent entre réalisme et surréalisme, entre rêve et raison, se complaisent à errer dans les délicieux aléas de la pensée humaine pour nous en faire savourer la moindre miette – souvenirs, avenir, devenir….

Ce ne sont pas des nouvelles à proprement parler, mais des bris de vie, des émotions, des ressentis longuement explorés, consciencieusement commentés, amoureusement analysés. Que penser de ceci :

Tout, autour, laiteux, visqueux, lisse et odorant, tout, autour, souple et enveloppant, gras et glissant tout le long, long des bras, des jambes, des fesses, du sexe et de la nuque, tout, autour, des grumeaux broyés, des couches mêlées, des ivoires réduits en poudre, tout, autour, des choses tombées dans la matière du gras, tout, autour, encrassé et déchiré, les nuages enfoncés dans la gorge des abîmes, le ciel retourné dans les rizières de plomb et le silence, le silence enfin, cette bizarre interruption des langages salaces, cette apnée gigantesque avant la grande irruption du brouillage final, la vague arrive, dressée comme une forteresse aux marches de l’Empire, le liquide reprend sa place, initiale et terrible, il soulève encore une fois le monde et la rue et le banc et l’appartement aux fenêtres circulaires, le calme des enfants, l’agitation des mères et la vertu hypocrite des vieillards…

Essoufflant, non ?

Daniel Simon aime faire de la littérature et ne s’en cache pas. Ne fait-il pas dire à l’un de ses personnages : Je ne sais pas pourquoi mais je ne peux vivre sans imaginer que ça va servir à quelque chose qui a à voir avec l’écriture. J’aime certains de mes échecs pour la matière qu’ils m’ont offerte. Je me soupçonne même de me compliquer la vie pour aiguiser mes outils (!)

Effectivement, tout peut servir de matière première à qui veut écrire.

Comme cette scène – cinq minutes, dix minutes ?- où un automobiliste sue de peur, coincé derrière une voiture à l’arrêt où se trament de sombres deals entre voyous de rue, sans qu’il ose klaxonner pour demander le passage ni même verrouiller ses portières car cela pourrait s’entendre… Je connais personnellement le cas d’une personne à qui c’est arrivé. Et ce n’est pas Daniel Simon. Ni moi ! C’est ça, le nouveau Bruxelles…

Il aurait bien raison, Daniel Simon, l’avenir n’est pas si rose !

Isabelle Fable

 

(dans Reflets Wallonie-Bruxelles N°31, mars 2012)

Daniel Simon – Ne trouves-tu pas que le temps change ? – Le Cri – 122 pages – 15 €

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

 

maloë blog |
Lucienne Deschamps - Comedi... |
HEMATOME |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ballades en images
| back
| petits bricolages et autres...