Quand vous serez

Posté par traverse le 29 mai 2012

Quand vous serez 2QUAND-VOUS-SEREZ-COUV-CPLTweb-300x211

 

 

 

 

 

 

 

http://www.meo-edition.eu/quand-vous.html

 

Une lecture critique d’Isabelle Fable…

Quand vous serez

Proses poétiques, 2012

Photo de couverture : Daniel Simon
96 pages.
ISBN: 978-2-930333-49-6
14 EUR


“Quand vous serez” sonne comme l’annonce d’une époque à venir : le présent est toujours renvoyé au futur et nous allons dans des mondes instables. Le temps est notre plus précieux ennemi et nous devons l’aimer comme un amour qui s’éloigne… Comme un temps que l’on rêve 
de vivre, encore.
Des échos nous parviennent de ces récits d’aventures incomplètes et le réel, par l’écriture et la lecture, se change en nous.
Je vais chaque jour dans des temps disparus. Écrire me venge de cette disparition.…
“Quand vous serez” signe la joie de cette rude traversée…



Extraits

Quand vous serez à la lisière des villes en longeant des haies de parchemins éteints ; que vous prendrez le vent dans le creux de la main en lisant des tempêtes anciennes, que vous irez sous des auvents de paroles frémissantes vers des silences neufs, que vous douterez des chagrins qui se gonflent de joies, que les images se bousculeront en vous jusqu’au seuil des réveils, que le temps prendra quartier dans des sursauts nouveaux où vous allez écarquillés sur le fil des souvenirs, que la joie sera là où vous ne la connaissiez, des papillons furtifs, des chansons de l’Orient, des voyages immobiles, des femmes qui fredonnent aux enfants sans colère, quand vous serez une île, et la mer et la barque, une façon de rire et de dire la joie de se perdre le matin pour découvrir le soir, quand vous serez.

*


Quand vous serez passés bien au-delà du pont où vous menaient vos pas et que sans un effort vous tournerez la tête vers cet endroit lointain où vous vous prépariez à venir jusqu’ici, que votre adolescence ne fera plus obstacle aux rêves de l’enfance, que vous porterez dans le sac qui pèse à votre épaule des choses sans importance que vous abandonnez un jour sans intention particulière, l’épaule est plus légère soudain et le pas plus alerte ; quand vous ne craindrez plus la nuit qui glisse entre les hommes et les soude au plus vif de l’effroi en les jetant les uns contre les autres à coups de sexes ou de couteaux, qu’il suffira d’un souffle pour éteindre ces armes et vous laisser attendre le jour qui vient dans l’aube froide des reconstitutions, des inventaires et des listes infinies, vous hisserez alors votre corps jusqu’au seuil des lumières en laissant dans vos draps des fantômes chiffonnés que vous bordez d’un œil en ouvrant la fenêtre.

 

*


Affaire réglée

Affaire réglée, je suis un lieu commun, une histoire courte dans un passé récent, une géographie plane dans un paysage sans accidents, une parole vive dans un silence ardent, affaire réglée, je suis un corps embrouillé d’organes et de flux déraisonnables, une épopée dans un temps sans histoires, une vague perdue dans ses remous, le dommage collatéral d’une lignée enfouie dans des gènes dispersés, affaire réglée, je suis un lieu commun, pas un cliché, pas une chose indistincte emportée dans un temps soumis à la durée, un lieu commun, une zone affranchie de ses frontières anciennes, un passage obligé pour rejoindre le peu d’humanité que je crois préserver dans des allures altières, une histoire de peu et souvent de très peu, une balise enfoncée dans un vide affiché, affaire réglée, je suis l’annoncier de tout ce qui se confond avec tout, ou le contraire, l’important, c’est le contraire de tout, qui permet le débat, l’esprit, le dialogue, le destin et cette chose infime que l’on croit deviner dans l’œil des lieux communs, uniques et bien centrés les yeux, les yeux qui laissent croire qu’ils sont des miroirs ou des tiroirs, de l’âme ou bien de lames, je ne sais que dire de commun qui réunisse les signes distinctifs du lieu commun, si ce n’est qu’ils vont seuls, convaincus d’être seuls, attentifs à cette solitude plénière qui est le caractère parfait du lieu commun…

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Ne trouves-tu pas que le temps change ?

Posté par traverse le 29 mai 2012

Ne trouves-tu pas que le temps change ?  rectoweb

 

Remise du prix Gauchez-Philippot 2012

Daniel Simon a obtenu le prix GAUCHEZ-PHILIPPOT 2012 pour Ne trouves-tu pas que le temps change ? (Le Cri) conjointement avec Jules Boulard pour L’argile et la craie (Weyrich).
Remise officielle du prix, à l’Hôtel de Ville de Chimay, le dimanche 3 juin à 11h.

Merci à mon éditeur, Christian Lutz, (Le Cri)

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Pas de souci!

Posté par traverse le 15 mai 2012

Pas de souci! JM.JPEG-300x250
Lancement du n° 5 des Feuillets de corde "Pas de souci"
Gravure : Johanna Matlet - texte : Eric Piette
(auteur du récent livre de poèmes, VOZ au Taillis Pré)
Jeudi 17 mai 2012, de 18h à 20h. à la Librairie 100 papiers,
23 avenue Louis Bertrand à 1030 Schaerbeek
Lectures ouvertes, n’hésitez pas à venir lire vos contributions sur le thème
Animation: Jack Keguenne et Daniel Simon



Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

 

maloë blog |
Lucienne Deschamps - Comedi... |
HEMATOME |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ballades en images
| back
| petits bricolages et autres...