• Accueil
  • > Modeste proposition pour les enfants perdus

Modeste proposition pour les enfants perdus

Posté par traverse le 4 novembre 2012

A propos de l’original… »Modeste proposition pour les enfants des classes pauvres d’Irlande »

L’ironie politique dans Une modeste

proposition de Swift

Le 2004 par Valérie Pérez

L’ironie politique dans A modest proposal for preventing the children of poor people in Ireland from being a burden to their parents or country, and for making them beneficial to the public de Jonathan Swift .

L’activité d’écrivain de Swift est le reflet de ses préoccupations politiques et religieuses. Son œuvre est autant empreinte de son histoire personnelle que de l’Histoire de l’Irlande. Ainsi, de 1720 à 1729, Jonathan Swift dénonce la misère humaine et sociale qui touche au quotidien la population irlandaise. Cette dénonciation prend forme dans des textes courts, chefs-d’œuvre de l’ironie swiftienne. Elle trouve son origine dans le regard que Swift pose sur la société. En effet, ces textes ne manquent pas de renvoyer à l’ensemble de la société irlandaise et à la défense virulente des intérêts du pays. Sensible à la misère des Irlandais, Swift se livre avec patriotisme à une défense de son peuple dans des discours où domine la satire politique et religieuse. Les dissensions politiques, les querelles d’église, la corruption des classes dirigeantes sont insignifiantes et grotesques si on les compare à la misère du peuple. Ainsi, les Drapier’s Letters publiées de 1724 à 1725 lui acquirent une grande popularité auprès des Irlandais. Dans ces lettres, il accuse à la fois les Anglais et les Irlandais d’avoir ruiné l’Irlande.
Ces dénonciations, sous la forme de pamphlets, sont à leur apogée en 1729, lorsque, doyen de la cathédrale Saint-Patrick à Dublin (depuis 1713) et grand défenseur de la cause irlandaise, Swift publie A modest proposal for preventing the children of poor people in Ireland from being a burden to their parents or country, and for making them beneficial to the public. Dans cette œuvre, il défend les intérêts de son église et de sa classe sociale, et, par conséquent, son pays, contre ce qu’il finit par reconnaître comme un colonialisme britannique.

A Modest Proposal est un texte profondément ironique et humaniste par ce qu’il dénonce, et rendit son auteur très célèbre. Swift propose que les pauvres du pays vendent leurs enfants âgés d’un an à ceux qui auront les moyens de s’offrir ce « delicious, nourishing, and wholesome food ». Cette proposition provocante dénonce l’égoïsme, l’inhumanité et l’injustice de l’économie politique : si les pauvres sont dévorés, au sens figuré, par les politiques et les riches, autant proposer qu’ils le soient aussi au sens propre. L’exclusion devient ingestion. Elle révèle aussi une certaine conception de l’être humain dont la raison et le bon sens sont douteux. En ce début du XVIIIème siècle, il est plus que jamais nécessaire que la raison triomphe.

(…)

http://serieslitteraires.org/site/L-ironie-politique-dans-Une

La mienne, « Modeste proposition pour les enfants perdus »,

une adaptation, déjà présentée en -lecture-spectacle

au Festival de Seneffe en 2006 avec Jean-Claude Derudder.

fichier pdf Modeste proposition

 

 

 

 

Laisser un commentaire

 

maloë blog |
Lucienne Deschamps - Comedi... |
HEMATOME |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ballades en images
| back
| petits bricolages et autres...