Cabanes/5

Posté par traverse le 9 décembre 2012

Cabanes/5 cabanes5.jpeg-297x300

Dans ce  roulis de vent tiède, l’ogre songe, il songe comme un ogre  qui songe et son nez le chatouille.

Il a faim, il gargouille et bredouille des histoires sans fin de bonne chère et de sucre fondant. Il a le ventre creux et il doit le remplir avant que l’ogre en lui ne se fâche avec lui.

Alors il ouvre les yeux et cherche de quoi calmer le petit ogre qui dort en lui et qui le rappelle à l’ordre plusieurs fois par jour.

Il ouvre les yeux avec délicatesse parce que les yeux des ogres sont délicats et fragiles. Il distingue dans l’ombre de la cabane sa belle gourde remplie encore de lait de tigresse et son coutelas  ouvert.

C’est son canif qu’il appelle « coutelas » car chez les ogres c’est un mot plus lourd pour découper toutes ces choses qu’il choisit de manger.

L’ogre a faim encore plus qu’à la phrase précédente et il se dit que la pomme de terre qu’il a prise dans la réserve de maman sera parfaite pour son petit ogre affamé.

Il allume un feu avec les allumettes qui sont dans la boîte en fer-blanc et s’assied tout au bord en glissant ses chaussures sur les braises qui fument.

Ca sent fort et il retire ses pieds mais il aime cette odeur, il aime toutes les odeurs qui lui montent aux narines.

Les patates cuisent et bientôt il pourra manger comme un ogre sait le faire.

A pleines dents.

 

 

Laisser un commentaire

 

maloë blog |
Lucienne Deschamps - Comedi... |
HEMATOME |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ballades en images
| back
| petits bricolages et autres...