Cabanes/7

Posté par traverse le 13 décembre 2012

Cabanes/7 cabanes7.jpeg-293x300

Des craquements, des feulements, des silences soudain, la forêt accompagne l’ogre dans sa chasse. Il marche courbé et regarde les feuilles au sol, les brindilles, les banches cassées et ne lit pas grand-chose dans ce fouillis nouveau mais il guette et il a le nez fin.

Des inouks au loin pleurent dans les zones des hommes et l’ogre se dit qu’il ne doit pas se rapprocher trop près, qu’on pourrait le surprendre et le faire prisonnier.  Alors, il s’assied contre le tronc d’un arbre et réfléchit.

La nuit est tombée et l’ogre pense toujours, ses yeux s’habituent à la lumière bleutée qui flotte entre les arbres. On dirait des nuages trop lourds qui tombent des hauteurs et vont s’accrocher aux feuilles des taillis. Des araignées apparaissent et disparaissent dans l’obscurité transparente qui voile ce qui l’entoure.

L’ogre se relève brusquement, des yeux scintillent dans la forêt. Il se cache derrière le premier arbre venu et attend en retenant sa respiration. Il se dit qu’il rentrerait bien chez sa mère mais cette idée disparaît après quelques secondes, le courage remonte en lui et il serre les poings. Il n’a plus peur et est prêt à tout.

Dans le silence bruyant de la forêt il entend maintenant des sons jamais entendus, des miaulements, des sifflements, des roucoulements et des battements d’ailes affolés.

L’ogre s’apprête à passer la nuit dans le vacarme qui s’éveille.

Une Réponse à “Cabanes/7”

  1. Martin Claude dit :

    Cet ogre me touche et je l’écoute vivre

Laisser un commentaire

 

maloë blog |
Lucienne Deschamps - Comedi... |
HEMATOME |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ballades en images
| back
| petits bricolages et autres...