Cabanes/13

Posté par traverse le 26 janvier 2013

Cabanes/13 23092009583-300x284

Le sol est humide et le ciel froid. L’ogre regarde la tribu des arbres dans la lumière qui tombe, là, au cœur des buissons et s’émiette sur le sol.

Un craquement, il relève la tête lentement et face à lui, le tronc large comme un mammouth,  le géant se détend dans les soupirs du vent et déplie ses branches jusqu’aux nuages. L’ogre frissonne, il sait qu’il est devant le seigneur des lieux, il garde les yeux grands ouverts devant Sa Majesté dressée.

Il n’a pas peur, il se sent chez lui, il écoute, il pense. « Le petit chat est mort », pourquoi cette phrase lui passe dans la tête à cet instant, il ne se souvient même pas de l’avoir entendue, pourquoi un petit chat et pourquoi est-il mort ? D’où vient cette phrase qu’il murmure maintenant au milieu des images qui lui bousculent la tête ? Il entend d’autres phrases maintenant, mets ton écharpe, regarde en traversant, mon dieu est-ce bête, qu’est-ce qu’on fait là ?

Cela vient comme ça, ça se bouscule comme si des paroles venaient le rejoindre sans qu’il ne fasse rien pour les appeler. Des paroles qui lui viennent au milieu de la forêt, des paroles de rien, des paroles sans intérêt mais qui sont là soudain et prennent toute la place. Le vent secoue les branches et le silence revient.

L’ogre se  relève, il a les fesses glacées et besoin de marcher. Il se met en route et passe près de Sa Majesté en baissant légèrement la tête avant de s’enfoncer dans les taillis. Des baies, des fruits rouges éclatent dans un jus sanglant sous ses pas. Il marche encore et les phrases le rejoignent à nouveau.

Son père, sa mère, ses copains, tout le monde parle maintenant et ça fait un bruit de cour de récréation. Il est si triste soudain qu’il sent les larmes perler à ses paupières. Toutes ces paroles lui roulent à l’intérieur sans qu’il ne puisse rien arrêter, les arbres restent sans voix et les nuages sont suspendus au-dessus de sa tête. Tout est à l’arrêt et son cœur bat plus vite, il l’entend dans sa tête qui frappe.

L’ogre d’un coup a peur et se met à courir à travers les branches basses qui lui fouettent les jambes. Que se passe-t-il ?

Laisser un commentaire

 

maloë blog |
Lucienne Deschamps - Comedi... |
HEMATOME |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ballades en images
| back
| petits bricolages et autres...