• Accueil
  • > Vous m’aviez dit, qu’est-ce que vous m’aviez dit ?

Vous m’aviez dit, qu’est-ce que vous m’aviez dit ?

Posté par traverse le 3 février 2013

Vous m’aviez dit, qu’est-ce que vous m’aviez dit ? 231020122065-300x225

Vous m’aviez dit, qu’est-ce que vous m’aviez dit ? Oui, vous m’aviez dit en me serrant la main que vous parleriez de mon livre, je suis resté un instant attentif à votre regard et je voyais que vous ne pensiez pas le traître mot de que vous disiez, parlez de mon livre, et pourquoi donc ? mais vous me serriez la main, me disant  « je parlerai de ton livre dans ma prochaine chronique » et vous gardiez ma main serrée comme pour faire passer dans la chaleur de ce serrement un peu de la sincérité que je ne vous voyais pas, mais vous me teniez toujours la main et je n’ai pu que dire  « Ravi, merci, très heureux ». ou quelque chose comme ça, parce que j’étais au même endroit que vous, je ne pensais pas un traître mot de ce que vous tentiez de me glisser dans la poignée que vous prolongiez,  je vais parler de ton livre et ce n’était évidemment pas le cas, vous ne parleriez de rien et cette poignée était probablement le seul temps que vous m’indiquiez être prêt à passer avec moi, vous-même sachant que cette poignée n’engagerait à rien, ne disait rien et ne prouverait rien, donc je vous remerciais en souriant et en me promettant de me souvenir également que pas un seul mot de ce que vous disiez n’avait jamais franchi vos lèvres sous la former d’une quelconque vérité, mais ce n’était pas la question, il s’agissait de mon livre et pas de votre personne dont ni vous ni moi ne pensions beaucoup de bien, alors vous me teniez la main en guise de morale littéraire, ou d’engagement, ou de promesse, enfin ces choses qui ne valent que peu dans les endroits où nous évoluons, et je vous regardais en me demandant si cette main je pourrais l’oublier aussi facilement que vous oublieriez votre ferme engagement en me lestant de votre sympathie, parce que vous êtes sympathique, vraiment, et cette sympathie qui fait d’un homme un lâche bien souvent, allait durer longtemps, au-delà de cette anecdotique poignée de main dont je me souviens encore ici en me curant les ongles.

Laisser un commentaire

 

maloë blog |
Lucienne Deschamps - Comedi... |
HEMATOME |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ballades en images
| back
| petits bricolages et autres...