Le bonheur/Revue Bâtarde #2

Posté par traverse le 26 juin 2013

REVUE BÂTARDE #2 – LE BONHEUR

16,8 x 24 cm (6.6 x 9.4 in), 112p. indekeuken editions, 2013 Offset print @ Cassochrome € 12 + shipping order : contact@indekeuken.org

Mon texte: A côté du sentier

                  Le bonheur/Revue Bâtarde #2 p1000922-300x225

« Ecrire sur rien », Flaubert

(à propos d’Un cœur simple)

La plus sévère claustration n’était pas son fort, la débauche non plus. Il lui restait l’attente de l’événement imprévu, il attendait donc, patiemment, le regard porté sur un avenir sans relief. Cela dura une trentaine d’années. Des années de vie attentive à ce qu’il allait vivre, ça allait arriver, il en était certain. Statistiquement, c’était prévisible, il allait trouver son chemin, celui qui le rendrait légitime à ses propres yeux. Alors, il attendait avec la conscience que tout serait un jour absolu et serein.

Il rencontra une femme merveilleuse, en tomba amoureux juste ce qu’il fallait pour ne pas perdre la tête, elle avait un enfant, une petite fille. Il l’aima donc, c’était attendu et assez confortable. Ils furent heureux, tout arrivait et rien ne se passait.

C’était la vie, lui disait-on. La vie était donc infinie et prévisible. Pourtant aucun malheur, aucune peste, nulle guerre dans son horizon de contentement. Des fusées, des moments d’exception, des bonheurs inattendus, des joies de passage, oui, mais rien de quoi remplir une vie jusqu’à son terme.

Il vécut ainsi pendant une vingtaine d’années et ils se séparèrent. Sa femme s’inscrivit à une multitude de stages et d’ateliers. Sa fille était une femme maintenant et elle se débrouillait seule avec ces questions. Il ne s’éloigna pas d’elles véritablement, simplement ils ne partageaient plus que de rares nouvelles à propos de leur santé.

Les années passèrent dans le plus parfait des scénarios : il vieillissait, s’en distrayait et regardait le monde avec plus d’amusement qu’avant. Marcher à côté de son temps était même devenu son bonheur, comme on marche dans l’herbe en dehors du sentier tout en le suivant. Le plaisir était sans danger mais il savait que la jouissance n’avait pas de principe ni de morale. Il allait dans les chemins creux de son époque, dans le contrebas, sans la superbe des régiments de première ligne. Il allait en discrétion.

Il lisait peu, de rares livres occupaient son temps, il préférait pianoter les infos sur Internet, ça convenait à son esprit inconstant, ça glissait lentement sur tout, ça n’accrochait pas, ça occupait et ne remplissait rien…Il était informé et ne savait évidemment que faire de ces flux permanents si ce n’est produire les lieux communs de sa génération. Il observait, annotait l’Histoire et vérifiait chaque jour l’éternité des bassesses serties dans de somptueux discours de bénitiers new tendance. Les jeunes n’échappaient pas à la volupté des clichés et s’y donnaient à cœur joie, construits dans la bêtise du gavage et des rébellions sponsorisées.

Il lisait peu mais ne renonçait pas pour autant à quelques lectures hygiéniques, on ne sait jamais, se disait-il. En feuilletant l’un ou l’autre livre, il tomba sur un court volume, une cinquantaine de pages, un opuscule presque tant l’ouvrage était mince, Bartleby. Plus précisément, Bartleby, le scribe, de Melville. Il chercha qui était ce Melville. Une rapide visite sur Internet et il apprit que ce n’était pas le cinéaste français mais l’écrivain américain qui l’intéressait. Le sujet lui plut, la lecture en serait courte et la matière ne semblait pas ardue. Un simple scribe chez un homme de loi à Wall Street, pas de quoi fouetter un chat.

« I would prefer not to ». C’était enfin ce qui lui convenait, ce “J’aimerais mieux pas”, ce “Je préférais ne pas”, ce “Je ne préférerais pas”, qu’importe. C’était le refus sans appui, le fait de décliner sans argumenter, la pensée même de ce désintérêt systématique et affirmé qui l’avait pris à la gorge. Tout se jouait là, dans cette négligence métaphysique qui devait être au plus près de ce qu’il imaginait être le bonheur. Les stoïciens, les épicuriens, les désinvoltes du désir ne disaient pas autre chose, ce ne pasprenait toute la place, ce not to éclatait au visage d’un siècle kitsch qui se voulait du style.

La fuite pour la lutte, l’esquive pour l’être-là, le retrait pour le siège, tout était dit et il se délecta. Une vie sans histoires, un destin de caniche, des amours opportunes, tout n’avait été chez lui finalement que la traduction, en creux, d’un « ne pas » qui le tenait tout entier debout. Ce « ne pas » avait fait la fortune de sa maison exigüe et il s’y était adonné toute une vie durant. La soustraction était sa façon d’accumuler le néant au néant et il avait pris un goût vif à cette atonie sans danger.

L’ennui était devenu sa matière d’expertise et dans cet ennui il se lovait avec la grâce d’un ver de farine. Il connaissait de l’ennui toutes les facettes et les déclinaisons les plus subtiles. Il en connaissait les sources et les développements, la géographie et l’histoire, les tracés et les durées. De l’ennui, il avait fait une matière en soi, un phénomène et non un état, une position plus qu’un mouvement. L’ennui était la matière première de toutes les aventures, le principe même du désir, la source de toutes les exactions.

Sa vie se déplia encore un temps avant de se défaire à l’aube d’un jour d’avril. Il regarda le printemps picoter la fenêtre et ressentit la grande joie, l’intense bonheur de n’éprouver pour cette instant, somme toute assez banal, qu’un intense ennui qu’il confondit dans son dernier soupir avec un sentiment qu’il n’avait su entrevoir jusqu’ici que de loin : il était heureux et ça finissait bien.

Ecrit en décembre 2012 à Bruxelles, face à la pluie.

© Touts droits réservés pour l’auteur.

Et un clin d’oeil à un autre contributeur: Eric Dejaeger

http://courttoujours.hautetfort.com/

(qui salue notre ami Alain Germoz auteur du texte des Feuillets de corde N°9, « On s’occupe de vous! »

http://www.maisondelapoesie.be/auteurs/auteur.php?id_auteur=164

Revue bâtarde, Le bonheur

idk2013-LeBonheur-2-94670idk2013-RevueBatarde-LeBonheur09-3487aidk2013-RevueBatarde-LeBonheur10-cadc0idk2013-RevueBatarde-LeBonheur102-103-10899idk2013-RevueBatarde-LeBonheur12-b038eidk2013-RevueBatarde-LeBonheur17-69e8fidk2013-RevueBatarde-LeBonheur24-5338cidk2013-RevueBatarde-LeBonheur50-51-ad070idk2013-RevueBatarde-LeBonheur62-63-eb311idk2013-RevueBatarde-LeBonheur64-65-1f688idk2013-RevueBatarde-LeBonheur74-75-50f86idk2013-RevueBatarde-LeBonheur78-79-dce36idk2013-RevueBatarde-LeBonheur80-81-f5473

 

ONT CONTRIBUÉ :

Vincent TholoméVanya MichelTopo Copy, Tom Nisse, Thomas Vinau, Théophile de Giraud , Sixtine Jacquart, Serge Noël, Pierre Guéry, Pierre Ergo, Phabrice PetitdemangePascal Leclercq, P. G., Norbert Truxa, Mathieu Pierloot, Matthieu Baumier, Mariusz Dreszniak, Marco Jacobs, Marc Schepers, Luc-Andre Rey, Luc FierensLe Manque, Kenny Ozier-Lafontaine, Katia Gosselin, Jean-Philippe Hoffmann, Iva VachevaIsa Pardi,Giulietta Laki & Nicolas Marchand, Gaetan Saint-Remy, Gabriel Orlowski, Félix Gastout, Éric Dejaeger, Élise Charcosset, Dr Lichic, Didier BlondeauDaniel SimonDaniel Piaggio StrandlundCéline MariqueCharles PennequinCécile RichardBoris Crack, Axel Claes, Antoine BouteAntigone MichalakopoulouAnne de GelasAnnabelle Milon, Andreas Stathopoulos.

AVIS AUX LECTEURS

Une bonne déprime, ça fait du bien ! En plus d’une saine introspection abyssale, ça peut créer du lien social. Avec le pharmacien par exemple. Ou le thérapeute. Pour le pharmacien, les temps sont souriants, les affaires tiennent le cap, l’industrie est dynamique. Les thérapeutes prospèrent à l’occidentale, l’agenda chargé. Pas si anodin peut-être alors de conclure déjà que la déprime serait collective sous nos latitudes. Mais commençons par le début. Quel était le déclencheur de la déprime ? Ah, oui, il suffisait d’un peu de lucidité, puis de regarder l’état dans lequel le monde se vautre. Le prix des paquets de mouchoirs par exemple. Pas vrai, Pierrot ? Ça fait sans conteste du bien, une bonne déprime, et c’est en l’occurrence le meilleur moyen d’avoir une vision aussi complète que possible : la vue lucide de l’état du monde couplée à l’abyssale introspection. Avec comme rajout collatéral le dialogue : avec le thérapeute, le regard compréhensif du pharmacien, la dame à l’arrêt de bus à l’heure de pointe (« Affreux ce temps. » « Oh, oui, on ne peut vraiment plus appeler ça un printemps. »)… En dépressifs que nous sommes, nous avons donc invité à cela, au dialogue. Parce qu’inviter au dialogue est une forme de tentative de construction de bonheur social. Et la réponse à l’invitation aura été la multitude de voix et positions et gestes que nous avons pu retenir ici. En austères temps de crise bassinée, on le verra, le bonheur crache des pépites qui ne scintillent jamais pareilles. Ça veut donc dire que… Notamment que le dialogue entre usagers conscients du monde examine de près les possibles infrastructures du bonheur et de son oppression à l’échelle intime tout autant qu’à l’échelle socio-politique ; et aussi à l’intérieur des mouvements de transferts qui les lient. Là, Pierrot rit à pleines dents jaunes.

LE COMITÉ CENTRAL

http://www.indekeuken.org/?revue-batarde-2-Le-bonheur

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Traité de la servitude volontaire

Posté par traverse le 26 juin 2013

fichier pdf servitude

« Il n’est pas bon d’avoir plusieurs maîtres ; n’en ayons qu’un seul ;

Qu’un seul soit le maître, qu’un seul soit le roi. »

Voilà ce que déclara Ulysse en public, selon Homère.

S’il eût dit seulement : « Il n’est pas bon d’avoir plusieurs maîtres », c’était suffisant.

Mais au lieu d’en déduire que la domination de plusieurs ne peut être bonne,

puisque la puissance d’un seul, dès qu’il prend ce titre de maître, est dure et déraisonnable,

il ajoute au contraire : « N’ayons qu’un seul maître… »

 

Il faut peut-être excuser Ulysse d’avoir tenu ce langage, qui lui servait alors pour apaiser la

révolte de l’armée : je crois qu’il adaptait plutôt son discours aux circonstances qu’à la vérité.

Mais à la réflexion, c’est un malheur extrême que d’être assujetti à un maître dont on ne peut

jamais être assuré de la bonté, et qui a toujours le pouvoir d’être méchant quand il le voudra.

Quant à obéir à plusieurs maîtres, c’est être autant de fois extrêmement malheureux.

 

Je ne veux pas débattre ici la question tant de fois agitée, à savoir « si d’autres sortes de

républiques sont meilleures que la monarchie ». Si j’avais à la débattre, avant de chercher

quel rang la monarchie doit occuper parmi les divers modes de gouverner la chose publique, je

demanderais si l’on doit même lui en accorder aucun, car il est difficile de croire qu’il y ait rien

de public dans ce gouvernement où tout est à un seul. Mais réservons pour un autre temps cette

question qui mériterait bien un traité à part, et qui provoquerait toutes les disputes politiques.(…)

 

Etienne de la Boétie

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Feuillets de corde N°11

Posté par traverse le 19 juin 2013

Nous avons décidé de reporter en septembre cette livraison des Feuillets.

Bel été!

« Ce n’est pas une critique »

Le dimanche 30 juin de 15 à 17h à la Librairie Cent Papiers

(23 avenue Louis Bertrand – 1030 – Schaerbeek)

Texte de Catherine Ysmal et Photo de Helder Wasterlain

Présentation: Eric Piette et Daniel Simon

(avec la présence du Conseil photo des Feuillets, Ben Weisgerber)

Vos contributions sont les bienvenues…

Verre de l’amitié et soleil à volonté…

http://feuilletsdecorde.unblog.fr

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Ateliers d’écriture d’été/Schaerbeek

Posté par traverse le 13 juin 2013

 

STAGES D’ETE                                          01.07-05.07 

 

 Ateliers d'écriture d'été/Schaerbeek p1010503-300x267


Je fais mon cinéma (stage ados et jeunes adultes) à la bibliothèque Sésame du 1er au 5 juillet de 10h à 17h

De l’écriture du scénario à la réalisation, au jeu et au montage.
Combien ? 150 € / 80 € pour les Schaerbeekois (payable en trois fois)

 

Dans le chaud des histoires, à la bibliothèque Mille et une pages
Du 8 au 12 juillet de 14h à  17h

Des textes, des fictions… Une semaine d’écriture et de lecture dans la liberté de l’aventure et de la création.

Combien ? 110 €

Récit biographique, fiction et photographie…  à la bibliothèque Sésame Du 5 au 9 août de 14h à  17h

Ecrire pendant 5 jours à partir de soi…  Faire de l’intime une histoire à  transmettre.
Combien ? 110 €

Les ateliers sont payables en plusieurs fois au compte 068-2144376-24 de Traverse ASBL.

Renseignements/inscriptions :

Daniel Simon : 86/14, Av. Paul Deschanel – 1030 Schaerbeek
Tél. : 02/216.15.10 ou 0477/76.36.22

 

 

 


Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Couleur livres s’installe à Mons…

Posté par traverse le 4 juin 2013

Couleur livres s'installe à Mons... logo-cl-complet-cmjn-300-300x270 

Couleur livres s’installe à Mons
Portes ouvertes et inauguration le 7 juin de 14 à 21H



Les éditions [Couleur livres]

(anciennement Editions Vie ouvrière, fondées en 1958)

ont le plaisir de vous inviter à la Journée Porte Ouverte
qui aura lieu le 7  juin prochain, de 14 à 21H
En présence des auteurs et éditeurs, venez découvrir nos nouveaux locaux:

Rue Masquelier, 6, à deux pas de la gare de Mons

Dès 14H : Ouverture des portes et verre de l’amitié

A 19H : Présentation des éditions par Pierre Bertrand et
de la collection de récits de vie et de fiction « Je » par Daniel Simon

suivie d’un cocktail de bienvenue.

Fidèle à l’esprit qui a guidé plus de 50 années de publications rigoureuses, critiques et accessibles, [Couleur livres] se révèle, avec ses différents partenaires, comme l’un des pôles les plus importants de l’édition progressiste et associative en Belgique et en francophonie.

[Couleur livres] se veut une édition engagée, indépendante, pluraliste et proche des associations et organisations qui constituent la société civile.

Une édition qui allie impertinence et découverte, mais aussi originalité, lisibilité et rigueur.

Notre production est large et variée. Elle s’étend de la publication d’essais sur les grandes questions de société (citoyenneté, politique, immigration, mobilité, environnement, santé…) aux récits de vie et de fiction en passant par les ouvrages d’éducation et de formation, plus spécifiquement destinés aux étudiants, enseignants et parents.

S’abonner ou se désabonner à notre Newsletter : Abonnement/Désabonnement

 

Couleur livres : nouvelles adresses• A Mons : Secrétariat et siège d’exploitation :
Rue Masquelier, 4
7000 Mons
Tél. : 00 32 65 82 39 44• A Bruxelles : Edition – Librairie – Vinothèque
Avenue Jean Volders, 22
1060 Saint-Gilles
Tél. : 00 32 2 534 95 29

• Les adresses mail restent inchangées.

Publié dans Non classé | 2 Commentaires »

 

maloë blog |
Lucienne Deschamps - Comedi... |
HEMATOME |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ballades en images
| back
| petits bricolages et autres...