• Accueil
  • > Archives pour novembre 2013

Ecarts/magazine/3

Posté par traverse le 28 novembre 2013

549933_443850955689754_1652518949_n

ET voici le 3….

1483339_555973147810867_637577343_n

Une équipe liégeoise, mitonne Ecarts magazine, ils en sont au N°3, un numéro sport sacrément malmené, sur le terrain, dans les vestiaires calendriers, dans les agences d’achats et reventes de joueurs, dans le cœur des p’tis gars, dans la pogne des fachos, dans la gueule des malfrats médiatiques, dans la Bourse de Pékin, dans la valse des racistes, dans la joie des endorphines, dans le mou des intrigues, dans le Stade qu’on trouve pas les sous, dans la joie de l’interculturalité, dans le sens du Qatar, dans le sang des cathares, dans la bouille des pub-eux, dans l’os de l’arbitre, dans la marche au pas d’oie… à vous! « No sport… « (Churchill)

DS

Merci Sylvain Baillet…

http://ecartsmag.be/

http://issuu.com/ecarts_magazine/docs/ecarts_3_issu/3?e=5860751/5340268

Publié dans carnets | Pas de Commentaire »

Monde ballant :: monde lisant/ Atelier écriture Leuze

Posté par traverse le 28 novembre 2013

img_1300
Allez ! On enclenche la pompe à écriture : prochaine session de l’atelier le samedi 30 novembre 2013 de 14 à 17h.

Un atelier initié par la Bibliothèque Centrale du Hainaut, et mené par la bibliothèque de Leuze.

 

Atelier d’écriture « Leuze »

Avant-propos :

La première rencontre programmée une quinzaine de jours avant n’avait pas eu lieu comme prévu : 30 personnes présentes, Christine Mordant, …les organisateurs, bibliothécaires, sauf moi. J’allais, patinant dans la pluie et le « que-leu-leu » des échangeurs et autres dérivations autoroutières sous un déluge version Bruxelles. Après une heure et demie, j’ai renoncé et repris le chemin du retour, même temps pour rentrer chez soi… Ce n’est pas grave, Christine Mordant a proposé une rencontre par téléphone et je me suis adressé aux personnes présentes comme si je parlais du fond du Nautilus…C’était étrange, émouvant même. Merci à tous pour votre compréhension.

Une pensée pour les navetteurs qui font ce trajet tous les jours, matins et soirs. Une forme de bagne soft, une machine à décerveler,…

La deuxième rencontre au bien eu lieu, dans le vent et la nuit, mais à nouveau, de monde !

Plus de vingt personnes présentes, de tous âges, souriantes et questionnantes…

Deux bonnes heures de rencontre, d’échange, de rires et d’émotion.

 

La balle pelote donc ?

La balle pelote comme levier à des textes qui pourront entièrement s’échapper de cette espace mais qui surgiront de cette réalité.

La balle pelote comme patrimoine, oui, mais aussi comme image flottante dans la mémoire. La balle pelote va nous servir à démarrer, à initier les premiers textes qui feront l’environnement mémoriel de cette aventure hennuyère.

La balle pelote, donc, du point de vue des souvenirs, des « on-dit », des inconnues…

Nous allons écrire des récits, les mercredi et samedis après-midi (14-17h). Voici les trois premières dates…Samedi 30 novembre de 14 à 17h, Mercredi 11 décembre de 15h à 18h, Samedi 21 décembre de 14 à 17h…Les suivantes seront bientôt décidées en commun. 

« On ne peut communiquer une expérience sans raconter une histoire »

Walter Benjamin

Ecrire un récit suppose de laisser émerger souvenirs, faits, dates, circonstances et d’accorder ces événements dans le sens d’une « histoire », la sienne en train de voyager, ou rapportant des traces de voyage.

On pourrait dire que le récit tente de rassembler « les » histoires du sujet observant le monde, ou encore le sujet observant le sujet en train de marcher, ou encore, le sujet dissout dans le paysage, ou encore le paysage disparaissant sous le regard des hommes qui l’habitent, ou encore…

En fait, le récit se saisit de la géographie pour lui faire rendre gorge et c’est l’histoire intime des gens qui s’en dégage alors, des histoires de frontières, de cuisine, d’amours, de départs …

Ces histoires se profilent dans la matière du récit. Ce n’est pas la fiction qui est en jeu mais la tentative de ne pas faire de fiction…Le projet est évidemment impossible: toute écriture est une représentation, donc une fiction aussi minimale soit-elle.

Ecrire un récit, c’est donc accepter de raconter un voyage qui aura « infusé » dans la mémoire (de la sienne, de celle des autres) et d’en reconnaître les signes forts tout au long d’une chimie étrange qui s’appelle l’écriture…

Le Récit se situe dans un lieu au croisement de multiples chemins ou positions d’observation: la mémoire affective et collective, le souci de soi et de la reconnaissance de son identité, le désir de « révéler » (dans le sens photographique…) son expérience, son aventure humaine…

DS

http://mbml2014.wordpress.com/2013/11/07/atelier-sjdd-1113/

Publié dans carnets | 7 Commentaires »

« Mon’s livre » /Collection Je

Posté par traverse le 20 novembre 2013

Nous y serons avec www.couleurlivres.be (23 et 24 novembre)

home_JE-

- le dimanche 24 à 14h00 dans l’espace conférence : présentation par Daniel Simon de la collection JE. « Ecrire sa vie, ça sert à quoi ? Enjeux de l’écriture biographique » (1/2 heure)

Comme l’année passée, l’événement comptera de nombreux acteurs du livre: auteurs, maisons d’édition et lecteurs pourront alors se rencontrer et échanger leur expérience personnelle.Deuxième édition qui regroupe de nombreux acteurs du livre. Avec cette année la présence annoncée de Pascal Vrebos et de François Walthéry.

Deux grands noms viendront également compléter l’affiche: Pascal Vrebos, auteur dramatique fécond, bien connu pour ses passages en radio et en télévision en Belgique; et François Walthéry, dessinateur et scénariste belge de bande dessinnée, créateur prolifique, connu entre autres comme papa de Natacha, la plus célèbre des hôtesses de l’air. Mon’s livre sera l’occasion de les (re)découvrir sous une autre facette.Les samedi 23 et dimanche 24 novembre, de 10h00 à 18h00.

Quand ?
Du 23/11/2013 00:00 au24/11/2013 00:00
Où ?
Lotto Mons Expo – avenue Abel Dubois – 7000 Mons
S’adresser à
Hainaut, Culture et Démocratie asbl
Téléphone
065/35.37.43
 

Publié dans carnets | 43 Commentaires »

« Ma deuxième langue »

Posté par traverse le 20 novembre 2013

fichier pdf Feuillets de corde N12 

Revue effervescente

 Les Feuillets de corde n° 12

« Ma deuxième langue »

PARABOLES

Octobre-décembre 2013

Lancement du N°12

dimanche 1er décembre 2013 de 15h-17h

nous accueillerons l’écrivain Corinne Hoex

(Présentation de son travail romanesque par Daniel Simon

et de son oeuvre poétique par Eric Piette)

avec le photographe Daniel Locus

Lectures-performances, contributions libres

(Venez avec vos textes sur le sujet)

A la librairie 100 papiers – Schaerbeek – 23 Avenue Louis Bertrand

1030 Schaerbeek

Entrée libre

Http://www.traverse.be

http ://traverse.unblog.fr

traverse@skynet.be 0477/76.36.22

 

Publié dans carnets | 5 Commentaires »

Dans mon pays, loin de mon pays/Lili Sorel

Posté par traverse le 3 novembre 2013

Dans mon pays, loin de mon pays/Lili Sorel mon-pays-loin-cover1-rvb1-197x300

Héritage métissage

Présentation et annonce :fichier pdf PI-dans-pays-loin-bd

“Je ne veux pas qu’on caresse mes cheveux comme si j’étais un chiot. Je veux juste que maman rentre du Congo et vienne nous chercher, petit Pierre et moi. J’ai quatre ans, des “cheveux crollés” comme ils disent ici et de la terre rouge du Katanga collée à mes semelles. J’attends patiemment dimanche car grand-papa m’a dit qu’il nous emmènera au restaurant manger des anguilles au vert.”

Aucune culture ne doit l’emporter, aucune culture ne doit être oubliée. Lili tente de retrouver sa mère et son pays d’origine, le Congo, dont personne ne veut lui parler…
Mais pourquoi chercher celle dont le nom n’est pas jamais prononcé et dont la photo est cachée ? C’est l’une des complexités des histoires de métissage.

Lili Sorel a écrit ce récit d’un ton ferme et émouvant, en nous laissant entendre, avec une voix singulièrement apaisée, une partie de notre histoire congo-belge…

Ce texte s’est construit en deux années de recherche, d’affrontements difficiles, de retrouvailles heureuses, de mystères en partie élucidés. Ce texte est aussi un récit de voyage autant que le récit d’une vie, d’une génération, d’une part de notre histoire congo-belge. »

(quatrième de couverture)

http://www.couleurlivres.be/html/nouveautes/mon-pays-loin.html

Lili Sorel a sobrement, âprement, obstinément cherché à reconnecter des histoires de famille rompues ou pour le moins dispersées dans le contexte des enfants nés du métissage.

Cette histoire, même si elle se fonde entre le Katanga et la Belgique est aussi l’épopée de celles et ceux qui vivent le mélange des cultures comme une chance, à condition d’être reconnus comme personnes à part entière et non comme de moitiés tantôt visible, tantôt invisibles…

Lili Sorel a du talent, beaucoup de talent…Celui de se souvenir avec précision, de raconter avec sobriété, de ne pas juger mais de dire ce qui, en son âme et conscience, l’a modelée tout au long d’une enfance et d’une jeunesse criblées de « d’éclats d’oublis »  ou même de déni.

Lili Sorel participe à la rencontres des mondes distribués en nous au gré de l’Histoire et travaille à la réconciliation de ces univers…

J’ai eu le privilège d’accompagner l’écriture de cette histoire et j’y ai appris une part de mon passé que l’amnésie belge ne cesse cultiver.

Daniel Simon,

Novembre 2013.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

 

maloë blog |
Lucienne Deschamps - Comedi... |
HEMATOME |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ballades en images
| back
| petits bricolages et autres...