• Accueil
  • > Dans mon pays, loin de mon pays/Lili Sorel

Dans mon pays, loin de mon pays/Lili Sorel

Posté par traverse le 3 novembre 2013

Dans mon pays, loin de mon pays/Lili Sorel mon-pays-loin-cover1-rvb1-197x300

Héritage métissage

Présentation et annonce :fichier pdf PI-dans-pays-loin-bd

“Je ne veux pas qu’on caresse mes cheveux comme si j’étais un chiot. Je veux juste que maman rentre du Congo et vienne nous chercher, petit Pierre et moi. J’ai quatre ans, des “cheveux crollés” comme ils disent ici et de la terre rouge du Katanga collée à mes semelles. J’attends patiemment dimanche car grand-papa m’a dit qu’il nous emmènera au restaurant manger des anguilles au vert.”

Aucune culture ne doit l’emporter, aucune culture ne doit être oubliée. Lili tente de retrouver sa mère et son pays d’origine, le Congo, dont personne ne veut lui parler…
Mais pourquoi chercher celle dont le nom n’est pas jamais prononcé et dont la photo est cachée ? C’est l’une des complexités des histoires de métissage.

Lili Sorel a écrit ce récit d’un ton ferme et émouvant, en nous laissant entendre, avec une voix singulièrement apaisée, une partie de notre histoire congo-belge…

Ce texte s’est construit en deux années de recherche, d’affrontements difficiles, de retrouvailles heureuses, de mystères en partie élucidés. Ce texte est aussi un récit de voyage autant que le récit d’une vie, d’une génération, d’une part de notre histoire congo-belge. »

(quatrième de couverture)

http://www.couleurlivres.be/html/nouveautes/mon-pays-loin.html

Lili Sorel a sobrement, âprement, obstinément cherché à reconnecter des histoires de famille rompues ou pour le moins dispersées dans le contexte des enfants nés du métissage.

Cette histoire, même si elle se fonde entre le Katanga et la Belgique est aussi l’épopée de celles et ceux qui vivent le mélange des cultures comme une chance, à condition d’être reconnus comme personnes à part entière et non comme de moitiés tantôt visible, tantôt invisibles…

Lili Sorel a du talent, beaucoup de talent…Celui de se souvenir avec précision, de raconter avec sobriété, de ne pas juger mais de dire ce qui, en son âme et conscience, l’a modelée tout au long d’une enfance et d’une jeunesse criblées de « d’éclats d’oublis »  ou même de déni.

Lili Sorel participe à la rencontres des mondes distribués en nous au gré de l’Histoire et travaille à la réconciliation de ces univers…

J’ai eu le privilège d’accompagner l’écriture de cette histoire et j’y ai appris une part de mon passé que l’amnésie belge ne cesse cultiver.

Daniel Simon,

Novembre 2013.

Laisser un commentaire

 

maloë blog |
Lucienne Deschamps - Comedi... |
HEMATOME |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ballades en images
| back
| petits bricolages et autres...